Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2006 5 14 /07 /juillet /2006 12:12
< précédente suivante >

Un hommage en biais
réalisé durant l'exposition
Voyage(s) en utopie 1946-2006,
à Beaubourg  (2006)

Painterman & jKj, godard and drug, 2006

 

l'exposition Voyage(s) en utopie 1946-2006,

Extrait de l'entretien de du cinéaste avec Christophe Kantcheff, parue dans Politis de le 29 juin 2006.

 

Jean-Luc Godard : La première exposition a été empêchée, barrée ; la seconde a été pensée comme une introduction à cette impossibilité. Il y a donc des allers et retours entre les deux. J’ai essayé d’être le plus clair possible, en disant : « Une exposition n’a pas pu avoir lieu. Il en reste quelques briques, quelques ruines, sous forme de maquettes. » Ce devait être le principe de la première exposition : édifier de grandes ruines. Les gens n’auraient rien compris, mais ils auraient senti. Dans l’exposition Voyage(s) en utopie..., on ne peut pas vraiment sentir, parce que j’ai essayé d’établir le scénario suivant : en soixante ans de cinéma, je suis finalement arrivé à ces ruines dont on n’a pas voulu. On peut toujours essayer de l’expliquer, comme un guide le ferait. Mais je n’ai rien à expliquer. Il s’agit d’une postface, sauf qu’on la met au début. Ce n’est donc pas du tout clair. 

 Vous vous refusez à toute explication, comme si vous vous méfiez du dire, de la parole sur, comme si vous en dénonciez même l’inanité...

Je ne peux plus parler sans images. Ce qui me revient immédiatement en mémoire, ce ne sont pas forcément des mots, mais des actions, des souvenirs... Je ne nie pas l’importance du texte. Personne n’aime autant les livres que moi, et personne ne l’a autant montré que moi. Mais il m’est difficile de tenir une discussion « de texte sur du texte », comme disait Péguy. Si on se lance dans une discussion de mots au lieu de chercher à établir des rapports entre les choses, on reste en vase clos. C’est exactement ce qui se passe dans le domaine politique ou culturel. Dans Notre Musique (sorti sur les écrans en 2004, NDLR), l’écrivain Jean-Paul Curnier prononce cette phrase de Claude Lefort : « En faisant de la politique un domaine de pensée séparé, les démocraties modernes prédisposent au totalitarisme. » La science est plus forte parce qu’elle accepte un antagonisme entre l’expérience et la théorie. Dans l’art, il y a longtemps que cela n’existe plus. Il n’y a qu’à voir « l’exposition Duchamp » qui se déroule à côté (une exposition Claude Closky, artiste qui a reçu en 2005 le prix Marcel-Duchamp, se tient en effet actuellement au Centre Pompidou, juste à côté de l’exposition Voyage(s) en utopie...,

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 mai 2006 7 28 /05 /mai /2006 12:13

 

" Vous savez que le manifeste du Parti Communiste

a été publié la même année qu'Alice au Pays des Merveilles ".
réplique du film de Jean-Luc Godard Hélas pour moi

 

 


 

 

Partager cet article

Repost0
26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 10:51

"Le livre n'a pas disparu, reconnaissons-le. Cependant, disons que tout ce qui dans l'histoire de notre culture et dans l'histoire tout court ne cesse de destiner l'écriture non pas au livre mais à l'absence de livre, n'a cessé d'annoncer, en le préparant, l'ébranlement. Il y aura encore des livres et, ce qui est pis, de beaux livres. Mais l'écriture murale, ce mode qui n'est ni d'inscription ni d'élocution, les tracts distribués hâtivement dans la rue et qui sont la manifestation de la hâte de la rue, les affiches qui nont pas besoin d'être lues mais qui sont là comme défi à toute loi, les mots de désordre, les paroles hors discours qui scandent les pas, les cris politiques - et des bulletins qui dérange, appelle, menace et finalement questionne sans attendre de réponse, sans se reposer dans une certitude, jamais nous ne l'enfermerons dans un livre qui même ouvert tend à la clôture, forme raffinée de la repression. [... ] Plus de livre, plus jamais de livre, aussi longtemps que nous serons en rapport avec l'ébranlement de la rupture. Tracts, affiches, bulletins, paroles de rues ou infinies, ce n'est pas par souci d'efficacité qu'ils s'imposent.  [... ] Comme la parole sur les murs, ils s'écrivent dans l'insécurité, sont reçus sous la menace, portent eux-mêmes le danger, puis passent avec le passant qui les transmet, les perd ou les oublie."V

 

Maurice Blanchot. Tracts, affiches, bulletins,

Comité, bulletin publié par le Comité d'action étudiants-écrivains

au service du Mouvement (Octobre 1968).

 

Partager cet article

Repost0

LAURENT MARISSAL PINXIT

Laurent Marissal, réalise

des actions picturales non visibles,

non cachées. (lire la suite)

Contact @ & Liens

.

.

éditions clandestines S.L.N.D.

Les éditions clandestines S.L.N.D. (sans lieu ni date) publient les ouvrages peints au bleu comme au vert par painterman et ses complices. Visitez l'e-shop échoppe.

  • NADA
  • Fascicule au bleu
  • PINXIT III in progress
  • Tracts

 

mise en scène et coopérations