Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 09:00

 

Eté 1993, peintre, je suis employé  comme agent de surveillance au musée Gustave Moreau.  

D’avril 1997 à janvier 2002, je fais de cette aliénation la matière de ma pratique.

 J’utilise à des fins picturales le temps de travail vendu au ministère de la culture.

 Hiver 1998, j’ouvre une section syndicale CGT, pour concrétiser mon projet pictural :

modifier réellement les conditions, le temps et l’espace de travail.    

Décembre 2001, je prends congé du ministère de la culture et quitte la CGT.

Printemps 2002, je lève un coin du voile.. 

 

 l'ouvrage version pdf

en intégralité (35 mo)

 

Pinxit, récit des actions clandestines 

au musée Gustave Moreau et à la cgt
éditions incertain sens, rennes, 2006

 

    Nietzsche écrit quelque part
qu’un homme qui ne dispose pas
des 2/3 de son temps
est un esclave.

D’avril 1997 à août 1998,
sur 862,50 heures de travail aliéné
effectuées au musée,
j’ai recouvert 617,45 heures
de travail clandestin
.

J’ai lu 62 livres ;

réalisé 77 actions clandestines ;

rempli 8 carnets de notes (PISAT[)

dont 3 furent publiés dans la revue Action Poétique ;

volé 95 menus objets ; vu 9 de mes parents ou amis ;

je suis parti pour le Maroc

et ai provoqué 2 jours de grève.

J’ai aussi recouvert mon temps d’activités secondaires,

et rédigé une partie de mon Mémoire de maîtrise,

dessiné quelques planches des 10 pages

publiées dans la revue de BD Ego comme X, n°7,
De septembre 1999 à juillet 1999,

j’ai pu m’évader 10 mois en congé formation

durant lesquels j’ai
travaillé joyeusement avec J.-C. A.-J.
à la revue C.1855, LE FEUILLETON.
 

 

 

De 1998 à 2001, comme délégué syndical j’ai pu,

au mois d’août 1999, partir pour Reims

assister à l’ultime éclipse du XXe siècle,

être élu à la commission administrative du musée,
réaliser avec Xavier, Cartel, journal syndical crypté

et exposer le troisième numéro lors de l’exposition Critique et Utopie,
glisser des indices dans Complex’tri

et en exposer en quelques lieux (BNF, CNEAI…)

mais surtout,

modifier les espaces du musée

Gustave Moreau en provoquant la
création de nouvelles toilettes,

d’une douche/vestiaire/espace de pause,

l’acquisition d’un appartement pour les bureaux de la conservation 

et permettre l’ouverture au public du bureau de GustaveMoreau

et réduire le temps de travail
des agents, d’1h30 par semaine…

 

f

aire une visite des action clandestines et picturales

au pas de course du musée gustave moreau : là, vite

 

Pour commander l'ouvrage
Incertain sens : http://www.uhb.fr/alc/grac/incertain-sens/fiche_Marissal_Pinxit.htm


 

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 15:21

Le Cabinet Du Livre d'Artiste présente
 
LAURENT MARISSALPAINTERMAN
LA PEINTURE EN UN INCERTAIN SENS
 
 à Rennes
Exposition
du 16 janvier au 15 février 2008
undefined
undefined
Le cabinet du livre d’artiste
Conçu comme un lieu dédié au phénomène “livre d’artiste”, le Cabinet du livre d’artiste répond à un souci de diffusion de l’art auprès d’un public “non spécialisé”. à ce titre, étant inscrit au Projet d’établissement 2003-2007 de l’Université Rennes 2 Haute Bretagne,
il a été installé à la Bibliothèque universitaire en mai 2006, mais démonté en septembre.
Il est aujourd’hui accueilli au Lycée Victor
et Hélène Basch à Rennes.

L'Université Rennes 2 a commandé la réalisation du Cabinet du livre d'artiste à Bruno di Rosa, un des artistes publiés par les Éditions Incertain Sens ( Carnet bleu). Bruno di Rosa a choisi pour cette réalisation une esthétique du bricolage  convaincu qu'elle corresponde le mieux
à l'objet inclassable qu'est le livre d'artiste. (...) 
Bruno di Rosa a par conséquent donné le titre : Sans niveau ni mètre.
Les éditions Incertain Sens
m'ont proposé d'intervenir
dans leur cabinet de lecture.
Après son rejet de l'université de Rennes, le cabinet est installé
au lycée Victor et Hélène Basch.
Toute liberté m'était donné.
Le titre du cabinet mis en espace/oeuvre par
Bruno Di rosa, n'était pas pour
me déplaire sans niveau ni maître.
En revanche cet 'espace
est impossible, saturé de signes
émis non seulement par  les matériaux, l'assemblage,
mais aussi par le lieu.



undefined undefined

Pour corser l'affaire, le cabinet est aussi une salle de travail pour les lycéens. Le lieu admet  une double fonction  :

le travail sous la contrainte scolaire

et une ouverture sur des oeuvres d'art

(la première fonction pouvant oblitérer la seconde...). Je disposai donc documents, dessins et sérigraphies en sept chapitres dans les 7 vitrines qui m'étaient offertes.

 Pour répondre au lieu. j'interviens sur l'éclairage de la salle : nous avons calfeutrer vitres et portes vitrées et installé une minuterie
sur les interrupteurs. L'éclairage général ne dure plus que 8 mn, le délai écoulé, le spectateur, l'élève, ou le professeur sont obligés de se lever pour renclancher la lumière, car seules les vitrines restent éclairées...

   
undefined
undefined undefined
undefined
undefined undefined
undefined
undefined undefined
undefined
L'intervention sur la lumière réachitecture la pièce et le temps.
Les documents exposés dressent
un panorama de Pinxit,
de mon action clandestines au musée Gustave Moreau.
 La dernière vitrine, 
quelques indices de mes
activités présentes...
Black studies...






Chaque exposition est l'occasion
pour Leszek Brogowski et Aurélie Noury
de publier le journal du cabinet du Livre d'Artiste. Pour ce numéro Leszek
rédige
un long article sur Painterman
en page 4,
intitulé 'l'art comme production
de la réalité'


Quant à Painterman, il occupe
les pages 1 à 3.

à télécharger ici :
 N°2 : Laurent MarissalPainterman:
la peinture en un incertain sens
undefined
undefined
undefined



 


L'exposition est l'occasion d'éditer
une série de 3 sérigraphies
Je remercie d'ailleurs
Mathieu Tremblin et Aurélie Noury
pour leur travail.
 
undefined undefined
undefined
 
 
voir les autres expositions au cabinet de lecture : éditions Incertain Sens

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 10:54
Peu d'article, peu de temps pour les rédiger, un moment tout de même pour livrer une mauvaise image de cherbourg, prise de la jetée surcouf.
Le directeur de l'ESBACO (Ecole supérieure des beaux-arts de Cherbourg-Octeville) m'a invité pour un  atelier d'écriture, une conférence/performance (qu'est-ce qu'être peintre en milieu hostile ?) et une visite d'atelier. J'y ai retrouvé là quelques amis professeurs, et deux bagnards évadés, anciens apprentis, dont le travail a évolué avec bonheur.
234-1-227.jpg
Par ailleurs, je ne montrerai pas mes vacances d'hiver en bretagne, ni des vues de l'atelier, ni mes préparatifs à l'exposition rennaise de la mi-janvier, en attendant...
fêtons le temps qui passe...danse--46-.gif







Partager cet article

Repost0

LAURENT MARISSAL PINXIT

Laurent Marissal, réalise

des actions picturales non visibles,

non cachées. (lire la suite)

Contact @ & Liens

.

.

éditions clandestines S.L.N.D.

Les éditions clandestines S.L.N.D. (sans lieu ni date) publient les ouvrages peints au bleu comme au vert par painterman et ses complices. Visitez l'e-shop échoppe.

  • NADA
  • Fascicule au bleu
  • PINXIT III in progress
  • Tracts

 

mise en scène et coopérations